jeudi 10 mai 2012

10 mai 2012 - Surréel

Lorsqu'on fait de la photo, il est toujours important de préparer le terrain. Une bonne photo doit être murement réfléchie, chaque détail compte. Un photographe a toujours l'image en tête avant de l'avoir dans le boitier. Lorsqu'il presse le déclencheur, c'est pour avoir la photo qu'il imaginait...

C'est vrai... La plupart du temps !

Il arrive cependant parfois qu'un photographe réalise des clichés surprenants presque involontairement, ou encore, il lui arrive d'avoir une idée approximative du résultat souhaité et de finir par avoir mieux que ce qu'il espérait en tâtonnant dans les réglages.

C'est un peu l'histoire de la photo du jour...

La première a été réalisée un soir alors que je testais le boitier d'un ami. Ne connaissant pas les menus du boitier, j'ai réglé quelques paramètres un peu au hasard, je pointé dehors, et cette belle image bleutée est apparue !
L'histoire de l'autre image remonte à l'été 2005 à Belgorod en Russie. La nuit était tombée depuis bien longtemps, je dormais paisiblement dans notre chambre du 6e étage, quand l'orage s'est mis à gronder de toutes parts. Les éclairs faisaient concurrences au meilleur des photographe de studio. Je me suis alors levé pour contempler ce superbe spectacle.
Il me fallait absolument immortaliser cet instant. Il me fallait faire vite, avant que l'orage ne s'éloigne. J'ai donc sorti mon Konica Minolta Dimage Z3, positionné la molette sur "Manuel", réglé le temps de pose sur 30 secondes, posé l'appareil sur le rebord de la fenêtre, et j'ai pressé le déclencheur...
j'ai attendu... attendu... Les 30 secondes sont passées, les éclairs foudroyaient le paysage de toutes part... Sauf devant mon objectif... J'ai relancé l'ouverture... attendu... encore et encore... Quand ! Un éclair à percé le ciel juste devant mon appareil ! J'ai alors fermé l'obturateur... Et j'ai obtenu une belle ... image toute blanche !!!
Il m'a fallu plusieurs essais pour comprendre que pour capturer la foudre, il fallait procéder de la même manière que pour le light painting. C'est à dire attendre quelques secondes après l'éclair avant de fermer l'obturateur. C'est à partir de ce moment là que j'ai pu capturer de beaux éclairs, comme celui-ci, ou encore... celui là...
Ce soir, j'étais plongé dans mes quelques 50000 photos à la recherche de l'inspiration du jour quand l'idée m'est venue d'associer ces 2 images pour obtenir un résultat pour le moins... Surréel...


Pensez aussi à consulter la recette de l'éclair d'orage sur http://www.delebecque.eu


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire